Matterhorn Ultraks 2014 par Alex

Publié le par Alex

 

Inscrit en 2013, j’avais dû me contenter de faire le spectateur et d’encourager au sommet du Gornergrat avec mon atèle… Mais j’avais dit que je reviendrais le faire !

Du coup, c’est toujours avec la même équipe qu’on se retrouve à Zermatt pour participer à ce 46k de l’Ultraks. Mathieu et Steve prendront le départ, pendant qu’Odile et Noémie nous encourageront !

 

1

 

C’est du centre de Zermatt qu’est donné le départ à 7h30, avec encore un plateau international ! Après une courte traversée du village, on entre directement dans le vif du sujet avec le début de la montée, plutôt dans la forêt. Je trouve rapidement le bon rythme, même si j’alterne marche et course. Et dès que l’on sort de la forêt, on se retrouve face au majestueux Cervin, le Matterhorn pour les alémaniques. La vue est tellement surprenante que le coureur devant moi s’arrête pour faire une photo avec son téléphone !

 

2

Après 6 kilomètres, nous voici au Sunnega, synonyme de 1er ravitaillement. Je préfère ne pas m’y arrêter et me lance directement dans la descente. Le neuchâtelois Vincent Buchs me rattrape alors, et on partage quelques foulées ensemble avant de reprendre la montée, direction le point culminant, que nous allons atteindre après 1000m de d+

 

3

Je laisse filer Vincent, qui est bien plus rapide que moi, car je ne veux pas me griller. La course est encore longue.

Nous voici maintenant au pied du mur final, dans les cailloux, où il est bien impossible de courir. Je ne regrette d’ailleurs pas les bâtons ! Steve me rejoint juste avant le sommet où nous retrouvons les filles.

 

4

 

La vue qui s’offre à nous sur la crête, avec tous ces glaciers et ces sommets, est tellement impressionnante que nous prenons le temps de faire une petite photo avant de reprendre la course direction le vrai sommet. Les spectateurs sont nombreux ici, et l’ambiance est très sympa avec tous ces japonais qui nous prennent pour des fous !

 

5

 

C’est maintenant parti pour une grosse descente ! Je sens toujours mon dos assez tendu, je ne peux pas complètement me lâcher, et je laisse tout de suite Steve le chamois partir. Je ne le reverrai plus !

La descente est d’ailleurs beaucoup plus technique que je ne le pensais. Autre subtilité, c’est une course du circuit skyrunning, et les habitués n’hésitent pas à couper au plus court entre les balises !

 

6

 

Même si je me fais doubler, je ne suis pas si lent et j’arrive en forme au ravitaillement de Riffelalp. Je refais le plein d’eau, je grignote et je repars pour une portion vallonnée.

C’est d’ailleurs sur cette portion que je vais me faire doubler par les premiers coureurs du 30km, de vraies fusées !

 

7

 

La descente continue, avec quelques portions toujours très techniques dans lesquelles j’essaye d’être prudent. Il ne faudrait pas tomber !

 

7b

 

C’est ensuite par la fameuse passerelle, très longue, que le parcours passe. Il y est interdit de courir, ce qui permet de récupérer quelques forces.

 

8

Mais fini de rigoler, il faut maintenant remonter jusqu’au Schwarzsee. Une belle montée bien régulière, dans laquelle je me sens bien et je ne ferai que doubler, sans pour autant chercher à trop forcer. Plus on monte, plus le Cervin se rapproche. Et le ravitaillement aussi ! Je m’y retrouve en même temps que Vincent, qui commence aussi à accuser le coup

 

9

Je repars avec lui dans la descente qui suit jusqu’à ce que Christophe Meyer nous rattrape. Et c’est donc à 3 « neuchâtelois » que nous poursuivons l’aventure.

 

10


Nous voici maintenant à la séparation des parcours, qui est aussi le point pour la barrière horaire. C’est une nouvelle montée, la dernière grosse, qui est au menu. Christophe est frais, Vincent un peu moins, et chacun monte à son rythme.

A nouveau, je ne vais faire que doubler d’autres coureurs, parfois très mal en point. Mais pour moi, plus la course avance, plus je me sens bien ! Le plaisir est vraiment là, et ça me change de Sierre Zinal !

 

Le sommet est là, et c’est plusieurs kilomètres en faux plat descendant qu’il faut maintenant parcourir, sur un sentier en balcon qui offre toujours de magnifiques panoramas.

La pente s’accentue et la vraie descente nous emmène sur le dernier ravitaillement où le groupe des 3 se reforme pour un bref instant

 

11

 

Il reste maintenant une dernière montée de 200m de d+ avant la grande descente finale, et je me dis qu’il est bien possible que l’on finisse tous les 3 ensemble

Mais finalement, dans la montée, je prends un peu d’avance sur les 2, mais je sais qu’ils sont plus rapides que moi en descente

Et pourtant, cette dernière descente de 1000m de d+ en 4km va se passer extrêmement bien pour moi, la seule descente de la course où j’arrive à me libérer et à vraiment prendre du plaisir !

12

 

Zermatt se rapproche, je connais les 2 derniers kilomètres. Je regarde maintenant la montre, en me fixant comme objectif 6h15

Petite remontée devant les filles, avec le sourire, car je sais que la boucle est bouclée. Je rentre alors dans le village, avec des spectateurs tout au long de cette dernière ligne droite et enfin l’arche ! 6h13 pour boucler ce parcours de 46km (presque 48km au GPS) et 3’500m de d+

Mes 2 compagnons de route arriveront quelques petites minutes après moi

13

 

Bravo à Steve, qu’une nouvelle fois je n’ai pu suivre, et qui est passé tout proche de la barre des 6 heures ! Et Bravo à Mathieu, double finisher de cet Ultraks et qui améliore son record de 10 minutes

 

Si cette course peut paraître chère, elle vaut vraiment le coup. Je crois que je peux le dire, c’est vraiment la PLUS BELLE COURSE que j’ai jamais courue

graph
parcours

Publié dans Trail 2014

Commenter cet article